Historique

Le Théâtre Francis Gag (ancien Théâtre Municipal du Vieux-Nice) a été inauguré le 06 octobre 1989 par Jacques MEDECIN, Député-Maire de Nice.
Depuis, dans cette salle de 260 places située au coeur du Vieux-Nice, se sont succédées plus de 1500 représentations en présence de 240 000 spectateurs.

Francis Gag toujours, dans un théâtre rénové

Il y a, dans la vieille ville de Nice, un théâtre extraordinaire.
On peine à le trouver et pourtant, il est au cœur des Niçoises et des Niçois comme au cœur du berceau de la cité.

Il porte un grand nom cher, celui de Francis Gag (1900-1988), qui a donné ses lettres de noblesse à la langue et au théâtre en niçois tout au long du XXe siècle.

Il reçoit depuis quinze ans toutes sortes de spectacles (300 000 spectateurs, 1 800 spectacles !), pleins de vie et de passion, créés par des hommes et des femmes que la scène attire et anime.

Ce théâtre, aujourd'hui rénové et réouvert, veut affirmer sa triple vocation :

  • Développer sa programmation dans tous les domaines des arts du spectacle ;
  • Offrir un tremplin aux jeunes talents niçois cherchant la voie du professionnalisme ;
  • Donner une place particulière, visible et régulière à la création théâtrale, musicale et poétique en langue niçoise.

C'est ainsi qu'il vivra désormais, plus ouvert, toujours vigilant sur la qualité des spectacles et plus actif encore, au service des créateurs qui, sous le patronage tutélaire de Francis Gag, veulent porter plus haut le nom et la renommée de Nice.

Francis Gag sempre, en un teatre renouvat

Li es, en la vièia vila, un teatre estraourdinari.

Aven de mau à lou trouvà ma pura, es au couor de li Nissardi e dei NIssart couma au couor dou bre de la Vila.

Pouorta un gran noum car, aquéu de Francis Gag (1900-1988), qu'a dounat li siéu letra de noubilità à la lenga e au teatre nissart durant tout lou XXè sécoulou.

Récéu despi quinze an touti souorti d'espetacle (300 000 espetatour, 1 800 espetacle !), plen de vida e de passioun, creat da ome e frema que la scena attrae et anima.

Aquéu teatre, ancuèi renouvat e dubert, vou afourti la siéu voucacioun tripla :

  • Desfouloup à la siéu prougramacioun en toui le caire dei art de l'espetacle ;
  • Regalà un ver trempoulin ai jouve talent nissart que cercon la via dou proufessionalismou;
  • Dounà una plaça particulièra, visibla e reguliera à la creacioun teatrala, musicala e pouética en lenga nissarda.

Es ensin que viéurà, d'ahura en avant, mai dubert, toujour attentiéu à la qualità dei espetacle, e mai atiéu encara au servici dei creatour que, souta lou patrouchini de Francis Gag, vouolon pourtà pu aut lou noum e la renoumada de Nissa.

Francis Gag

Il a :

  • Eté teinturier ;
  • Commencé à monter sur les "planches", dans la troupe de "Barba Martin", de Marengo et Mossa, dans les années 20 ;
  • Ecrit ses premières pièces (lou sartre Matafiéu, lou vin dei padre) dans les années 30 ;
  • Eté sacré soldat de 2° classe, pendant la "drôle de guerre", à Breil ;
  • Créé le "Théâtre aux armées" qui verra la naissance de la commère Tanta Victourina
  • Continué à écrire : Calèna, la Pignata d'or, la Marche à la crèche ;
  • Réalisé des centaines de reportages radiophoniques sur les villages de la région (Petits villages au grand soleil, Villages et visages, de bric et de broc, Images du pays bleu, Chroniques ensoleilées, Images du pays niçois...)
  • Eté chanteur à l'Opéra de Nice ;
  • Créé des émissions de télévision (souvenirs-souvenirs, la minute de Francis Gag...) ;
  • Assuré les "pastrouils de Tante Victorine" hebdomadaires, pendant plus de vingt ans sur les ondes de Radio Nice et celles de Radio Monté-Carlo ;
  • Participé à toutes les fêtes de la région avec Tante Victorine et sa troupe ;
  • Créé le groupe folklorique "Nice La Belle" ;
  • Assuré les représentations de ses pièces niçoises ;
  • Tourné des cassettes vidéo de ses pièces ;
  • Créé une maison de vacances pour personnes agées au Broc "lou viro soulèu".

Il nous a quitté, à 88 ans, sans avoir pu réaliser tous ses projets (pour la bonne raison que chaque jour lui en apportait de nouveaux...),
en ayant toujours manifesté sa foi dans les hommes et démontré l'amour du pays.

Nice la belle

C'est en 1956, que Francis Gag, Majoral du Félibrige, créa Nice La Belle, à la demande de Monsieur Jacques Médecin, Maire de Nice.
Les costumes furent réalisés dans un souci de rigoureuse authenticité, d'après les maquettes obtenues auprès du Musée d'art local de la ville : costumes du littoral, de la bourgeoisie, de la campagne et de la montagne. C'est grâce aux patientes recherches effectuées par Francis Gag, à travers les moindres villes et villages du comté de Nice, que le répertoire put être constitué, offrant un éventail riche et varié : "rondes de Mai, danse de cour, danses du moyen et haut pays".

Parfaitement instruits de nos usages et de nos coutumes, les membres de Nice La Belle, remplissent utilement le rôle d'ambassadeurs du Pays de Nice partout en France et à l'étranger : Allemagne, autriche, Belgique, Canada, Danemark, espagne, Etats-Unis, Grèce, Grande Bretagne, Irlande, Italie, Japon, Koweit, Mexique, Pays Bas, Pologne, Roumanie, Suisse, Tchécoslovaquie, Territoires d'Outre mer (Guadeloupe, Martinique).
Nice la Belle, a su se préserver et maintenir le précieux capital des nombreuses coutumes qui font l'originalité du comté de Nice en dépit de ses inévitables transformations.